Centre National de Protection des Maldikachill
(CNPM)

NOTRE HISTOIRE


Nous sommes le premier centre dédié à la protection de cette population si particulière. La raison est simple, il y a une vingtaine d'années, notre président cherchait à découvrir de nouvelles terres et de nouvelles civilisation peu connues, loin du tourisme et de nos pays occidentaux. Ses recherches l'ont d'abord amené vers le Vanuatu, au large de l'Australie. Les vanuatais sont connus pour être un des peuple les plus heureux au monde. Non mécontent de sa visite, notre directeur voulait aller encore plus loin, son intuition lui dictait de faire plus de recherches pour trouver quelque chose que peu de personnes connaissaient. Dans sa chasse au trésor, avec l'aide de nombreux vanuatais et autres habitants d'îles peu connues, il parvint à trouver le graal. Ce graal, c'est les Maldikachill.

Dès les premiers instants, il sut qu'il venait de trouver ce qu'il cherchait depuis si longtemps. Jamais il n'avait été dans un tel état de bonheur et de simplicité. Sa volonté était alors de transmettre ce bonheur et cette bienveillance à son propre peuple, le peuple français. Cependant, il savait qu'il ne devait pas annoncer sa découverte sous peine de compromettre la pérennité des ondes positives que l'on voyait à l'oeil nu, tant elles étaient puissantes.

Il décida donc de rentrer en Europe pour partager ses apprentissages et distribuer du bonheur. Peu à peu, il parvint à améliorer les vies de ses pairs, alors que, de l'autre côté de la planète, la situation se dégradait à Douanexi. Quand il eu vent de la gravité de la situation, il décida de se consacrer à la création d'un moyen de recueillir les Maldikachill dans sa ville natale, Strasbourg. Il savait exactement où placer son centre, au 16 rue de Leicester, cet endroit qui était pour lui, le centre de la bienveillance strasbourgeoise.

​​ Depuis la création du centre, notre objectif est de trouver des familles ou des personnes bienveillantes prêtes à les accueillir et leur apporter l’amour et le bonheur qu’ils méritent.

Si vous êtes de ces personnes qui aiment apporter et recevoir du bonheur, sautez le pas, et ouvrez votre porte qu’ils puissent en faire autant.